Fuji VS Polaroïd

« Consommez plus, vous vivrez moins ! »
disait un slogan de mai 68.
Celui là n’a pas été récupéré par des publicitaires pour vanter l’altruisme désintéressé d’une grande surface .
Dans ce film, nous pouvons clairement percevoir comment l’utilisateur du produit est représenté…

Là, n’est pas le sujet, ou plutôt si, mais en fait non, car il y a bien d’autres terrains d’indignations en ce moment.
Mais comme disait l’autre il est plus facile de s’indigner que de se battre, l’indignation ça ne coûte pas cher et ça permet de se donner bonne conscience.

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que la photographie argentique se voit, depuis plus d’une décennie, agoniser ! Les grands fabricants quand ils ne frôlent pas la faillite, ferment leurs usines et les détruisent animés par un souci de rentabilité.
Et les produits disparaissent.
Ainsi les poubelles, les décharges, les centres de tri croulent sous des tonnes de produits qui fonctionnent encore mais dont l’usage n’est plus possible faute de consommables. Rassurez-vous, depuis cet été, l’obsolescence programmé est un délit. Mais qui ira porter une affaire comme celle-ci devant les tribunaux ?

De Rochester à Chalon sur Saône.
Kodak aura fait détruire plus de vingt bâtiments au travers du globe en moins de deux décennies. Demander encore aujourd’hui aux habitants de Chalon sur Saône, de vous en parler. A défaut d’un souvenir, ils en gardent un goût très amer. Il n’y pas si longtemps que çà, il ne fallait même pas évoqué la chose.
J’ose à peine imaginer la transposition d’une telle situation sur une industrie comme l’automobile ou le ferroviaire, il y a des exemples aux États-Unis qui donne à réfléchir.

Le « vintage » ne serait-il plus « mainstream » ?
Tout ça pour dire que Fuji à décider d’arrêter la production du film FP 100 C, le fameux pack 100 qui permettait d’utiliser certains appareils Polaroid et autres dos pour moyen format argentique. La production de son frère noir et blanc avait eu lieu il y a trois ans, alors pour ça j’ai fais ce soir ce que je n’avais jamais fais auparavant, enfin si c’est la seconde fois que je le fais.
Je me suis révolté en ligne, parce que c’est « cool », c’est « trendy » de manifester sur le net.
Aujourd’hui, on ne manifeste plus son mécontentement dans la rue, enfin si, en étant équipé d’une arme de guerre et d’une ceinture d’explosif, mais c’est plus pacifique de remplir une pétition en ligne. Mais ça peut devenir tout aussi dangereux, pour le signataire !
La première que j’ai signé, c’était contre le TAFTA.

La démocratie est d’abord une affaire financière.
En soixante jours, un million de signatures avaient été récoltés et déposés sur le bureau du président de la commission européenne, qui les a bien sûr classer directement à la poubelle….

Alors tout en continuant de croire en l’Europe, un monde meilleur et un avenir pour la photographie argentique, je ne saurais vous recommander de signer cette pétition pour que Fuji ne cesse pas la fabrication de ce fameux pack 100.
De mon coté, entre deux lettres de rappel pour impayés, et trois relances pour me faire payer, je trouverais trois minutes pour écrire à Tokyo au siège de Fuji.
Même si on imagine que cette entreprise est un nid de philanthropes !

https://www.change.org/p/save-instant-film