2 réactions au sujet de « Cent-quinzième jour »

  1. Le contraste entre le noir de ta palette qui est triste et la couleur de la tôle ondulée, je préfère me rouler parterre dans l’herbe verte pour faire une bonne sieste et de rêver avec un ciel bleu afin de pensée au bonne chose de la vie.
    Josi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *