2 réactions au sujet de « Deux-cent-vingt-troisième jour »

  1. C’est fou comme, d’une bouteille à la mer, on oscille de l’espérance la plus folle à la saleté la plus sombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *