4 réactions au sujet de « Quarante-sixième jour »

  1. Comme un lendemain de fête , ça sent la cendre froide ….et la vie qui reprend son souffle !

    Comme des volutes bleues ,
    Qui fusent comme à regret
    Taguant dans leur ascension
    Des nuages secrets
    Qui flottent comme des voiles
    Et nous tuent si surement
    Que ces mots sillonnants
    Notre espace et le temps ….
    Chaque seconde s’éteint
    Laissant la place opaque ….
    Et le sablier s’écoule ,
    Jouant le dernier acte ….
    Comme un acteur vieilli ,
    Qui ne croit plus en lui .
    Et l’aube se repose enfin
    Et s’endort ……
    Entourant dans ces bras
    L’abandon de ce corps …..

  2. La dernière cigarette s’est éteinte , ça sent la cendre froide ….
    Ma poésie obsolète a eu raison de ton enthousiasme …….
    Dommage que les amis n’aient pas suivi , c’était très enrichissant !
    J’adorais cette ambiance , un peu comme une sérénade !
    Merci Daniel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *