Trente-et-unième jour

Des souvenirs déchus,
de ceux qui ne reviveront pas une nouvelle fois,
de ceux dont plus personne ne veut,
de ceux que l’on se force à oublier.

Ce sont ceux qui font de nous ce que nous sommes.

Day 31 _ forgotten memory
Lui, sa tombe doit être autonettoyante.

Day 31 _ forgotten memory
Ses livres finiront là.

Day 31 _ forgotten memory
Avec un syndicat qui a trouvé sa place

Day 31 _ forgotten memory
Pour contempler la fin de notre époque, confortablement installé.

Day 31 _ forgotten memory
Avec vue imprenable sur la lutte des classes.

Day 31 _ forgotten memory
Sans même une dernière auscultation, faute de spécialiste…

Ce matin ma promenade était une allégorie.

3 réactions au sujet de « Trente-et-unième jour »

  1. L’ oubli… on a souvent essayé de me convaincre qu’ oublier était vital. Que l’oubli était une faculté nécessaire aux Hommes pour ne pas sombrer dans la folie. Pas d’encombrement inutile du cerveau, moins de douleur incrustée, une chance de se lever un matin plus léger, plus heureux… mais on a pas le droit d’oublier. C est une absurdité que l ‘oubli! C est une illusion. Une mascarade. Une arnaque au bonheur. On oublie rien en vrai : on ne fait que rejetter, camoufler, planquer sous le tapis. Tout reste la quelque part, inexorablement. En nous. Dans l’air que l’on respire. Dans l’ Histoire du monde et de l’Humanité. Dans nos corps endoloris. L’oubli est dangereux. L’oubli dissimule l ‘ignorance. C est parce que les Hommes se réfugient hypocritement dans l’oubli volontaire que le fascisme règne encore et toujours plus. Oublier est confortable, sans aucun doute. Mais les fantomes seront toujours là. .. parce que justement on cherche à les jeter aux oubliettes. Et il y a tellement de belles choses que l on s’ evertue a oublier, parce qu’on les a perdues alors qu’ on les pensait éternelles et que l ‘on a peur de ne jamais retrouver… faisons les plutôt vivre! Elles font partie de nous et nous nourissent. Nous sommes nous, nous sommes le fruit d’ une multitude de rencontres, nous sommes les enfants d’ une multitude de pères et mères spiritutuels, nous sommes le fruit de la jouissance de notre corps dans celui des autres… et rien de tout cela ne mérite de passer à la trappe de nos esprits trop raisonnés. JE ME REFUSE A OUBLIER! Et tanpis si la folie me guette… la mort aussi! Et morte, j’aurai tout oublier… enfin! Tes photos nous aident à ne pas oublier trop vite. Merci.

  2. Punaise… ça donne envie de se pendre !! t’aurais pas des photos de petits chats ? après le caniche à sa maman d’hier ?

  3. Un monde en mutation …..nous sommes arrivés à la fin d’une ère ……un passé présent qui laisse des traces….. et bouleverse nos idées reçues …..
    Notre cerveau imprime lentement ces changements et éventuels bouleversements ….
    Visuellement , c’est insupportable , et c’est pour ça que les tographes sont en première ligne .
    Les reliefs de notre surconsommation s’étalent à nos pieds …… monts de matériaux les
    plus hétéroclites …..qui sont devenus notre mal nécessaire ?
    On se prend à rêver d’un voyage léger avec l’essentiel ; de l’eau , de la terre ,se nourrir ….
    les bases pour notre survie …… mais des humains solidaires ……..où la nature reprend ses
    droits et pouvoit à la pérénnité de l’espèce …….
    Tes photos ……une alarme qui nous interpelle …..et nous invite à revoir notre mode de
    fonctionnement …… Merci , l’humain vit dans ses immondices ………..mais il a besoin de preuves ……..de tangible !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *