Une réaction au sujet de « Vingt-huitième jour »

  1. Etre marqué au fer rouge ……. une encre indélébile qui s’ancre à la chair dès notre premier souffle ……. de la chair cautérisée , de la bidoche tatouée pour une appartenance …………..
    Les marques sont dans les esprits , gravées comme des racines profondes …..
    Pourquoi cette absence de prise de conscience !
    Un vaste débat …….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *